Marie Chardon

C’est arrivé chez nous, sous notre toit, à la maison, au sein d’une famille « bien comme il faut », un peu bourgeoise, catholique, pratiquante. Dans cette ville de province, mes parents sont respectés, soucieux du « qu’en dira-t-on ». Une éducation religieuse avec des règles strictes n’a pas que du bon,  mon histoire le prouve. J’ai mis une quarantaine d’années avant de parvenir à dénoncer un crime. J’analyse « mon enfance abîmée » et les conséquences sur ma vie d’adolescente et d’adulte. Il reste encore pas mal de pages blanches dans mon récit. Le temps comblera peut-être ces lacunes… ou pas. C’est égal !  Je suis allée jusqu’au bout, pour essayer de continuer à mener une vie « normale ».

                                                                                              Marie Chardon